Les tons bleus, au printemps ... et les bruyères, l'été.

Au printemps, au bord de nos petits chemins, c'est une débauche de tons bleus. Ces petites fleurs discrètes sont magnifiques, il suffit de les observer d'un peu plus près ...

1- Violette de Rivin

2- Jacinthe des bois

3- Polygale à feuille de Serpolet

4- Romulée de Colonna

 

La petite scille de printemps ne va pas tarder non plus à pointer le bout de ses pétales !

N'oublions pas, bien entendu, les magnifiques bleus de la Mer d'Iroise et du ciel breton !

En effet la voilà, la Scille !

Retour sur le Polygale à feuilles de Serpolet, une bien curieuse petite fleur !
On l'a vue en bleu, mais, bien que plus rare, elle existe aussi en blanc, rose, rouge ...
Autre particularité, les deux "ailes", que l'on distingue à la base de chaque fleur, sont en fait deux des cinq sépales, colorés et surdéveloppés . Les pétales (trois) sont enroulés en tube et leur sommet est blanc.

La bruyère, Brug en breton

Associée à l’ajonc elle constitue le principal élément de la lande bretonne. Autrefois fauchée elle fournissait une litière abondante et efficace présente dans toutes nos étables.
L’intensification de l’agriculture a conduit à l’abandon de cette pratique. Les landes, non entretenues deviennent des fourrés impénétrables, la bruyère disparaît, étouffée par l’ajonc, les ronces, les prunelliers …

La gestion de ces espaces patrimoniaux est un enjeu pour le site de la réserve du Cap Sizun : garder l’authenticité du paysage, préserver les bruyères !
Oui, les bruyères, car elles sont trois dans nos falaises :
- la Bruyère cendrée , Erica cinerea
- la Bruyère ciliée, Erica ciliaris
- la Callune, Calluna vulgaris
Caractéristiques des milieux pauvres, elles se sont adaptées à leur environnement : un développement réduit, des feuilles fines et étroites, en écailles pour la callune.